Les Instantanés Décalés

20 novembre 2012

Paris Photo 2012 : AMNÉSIART

Filed under: Exposer & fêter — isabelle gourmelon @ 9:04  
Tags: , , , ,

La Belleviloise est bourrée. Paris. Jeudi 15 novembre. Photo Off, une des deux foires concomitantes à Paris Photo, bat son plein. Tanqués en haut des escaliers, des travailleurs -jeunes chassent des abonnés pour Libération. L’édition du jour est offerte. Et là, miracle, en double page s’étale l’article que nous attendions depuis le début du mois de la photo : "L’Afrique, avenir de la photographie !"

En 2011, l’Afrique  était à l’honneur, entrée magistrale dans les circuits mondiaux, reconnue "comme tout le monde", intégrée à jamais. En 2012, plus un mot…plus personne. "Bien sûr qu’il ne s’est rien passé !", admet sous couvert de champagne, une commissaire, ahurie par notre naïveté…
On ronge quand même notre frein. Libé tombe à pic : longue interview par Brigitte Ollier, grande spécialiste de la photographie africaine, d’André Magnin, galeriste, incontournable D.A. de la collection Pigozzi. Euphorie de courte  durée, cet article complaisant ne dit qu’une chose : en effet, s’il n’y a que ça à dire de la photographie africaine contemporaine, mieux vaut se taire.

# 2d G Lu Libération ! Petit exercice de fisking.

Première question, premier frisson : "C’est un bon souvenir, Paris Photo 2011?". Sur le même ton, Magnin badin : "Oui, beaucoup de contacts et de ventes, notamment à des musées américains." Ah, pas de préliminaires donc, on attaque direct’ sur l’argent ?! Coïncidence ? La nomination de curateurs dédiés à l’Afrique dans plusieurs grands musées américains (comme nous l’apprenions dans l’article de Roger Atwood sur Artnews, le 17 septembre 2012) y serait-elle pour quelque chose ?
Nous n’en saurons pas plus…Pressée, la journaliste se tait; concentré, le galeriste enchaîne. Sans hésiter, il brandit Seydou Keïta et Malick Sidibé, usés comme les deux Vieux du Muppet Show. Il dit : Keita "savait que ses photos étaient bonnes parce que, disait-il, "mes clients aiment leur portraits » ». Ne les aimaient-ils pas, la centaine de clients qui ne sont jamais venus chercher leurs tirages ? "(Ces derniers) dormaient dans un carton, à l’abri de la poussière, parfaitement conservés ». Une aubaine pour la cote de feu l’artiste malien, très liée à une rareté savamment gérée par les marchands. Ces photos, délaissées par leurs modèles, seront probablement achetées par des clients occidentaux à Paris ou à Miami…

Ensuite ? Difficile à dire : nos bras pendent bêtement au bout de nos bras ballants, hébétés que nous sommes par l’enchaînement de trois questions dignes d’un communiqué de presse :
Un : "L’an passé, votre stand vibrait aux couleurs des années 50, avec de la musique. Cette année aussi ?"
Deux : "Vendez-vous des tirages de Malick Sidibé ?"
Et trois : "Quelle place accorder à J.D.’Okhai Ojeikere et à son inventaire des coiffures au Nigéria ?", aussi en vente à la galerie Magnin.
Si à trois, t’as pas acheté, c’est qu’t’es bouché ou fauché !
Le lecteur est à point : Brigitte balance un marronnier de derrière les fagots "une nouvelle génération se dessine ?". Deux lignes sur le Mozambique et aussi sec, Magnin rappelle les deux Vieux. Rappelons à notre tour que Seydou Keïta est mort en 2001 et que Malick Sidibé, honorable vieux monsieur de 76 ans, accueille depuis vingt ans les honneurs avec circonspection, "je suis un artisan, pourquoi me donnez-vous des prix ? », s’étonne-t-il toujours.
Brigitte. André. Depuis…disons vingt ans, il parait qu’il se serait passé des choses…

Bref, Magnin est un expert reconnu. Nous aussi, on l’aime bien André (même si les Magiciens de la Terre, on n’est pas sûrs d’avoir aimé, bien moins en tout cas qu’Africa Remix). Alors, a priori, quand il analyse le "principal problème du marché africain de la photographie contemporaine ?", on le lit :

"A part l’Afrique du Sud et ses figures tutélaires, comme David Goldblatt, ou prometteuses, comme Nontsikelelo Veleko, il y a encore peu de fondations, quasiment pas de musées et guère de collectionneurs (Bizarre cette phrase, isn’t it ?, ndlr). A la différence des Chinois, les Africains fortunés n’investissent pas trop dans l’art, même si l’on sent un début d’intérêt avec quelques initiatives privées.  Ça bouge au Bénin avec la fondation Zinzou, au Sénégal, au Nigeria, en Côte d’Ivoire, en Angola, etc."

Merci André. Alors si l’on comprend bien : le principal problème du marché africain de la photographie contemporaine, c’est…les Africains ! Heureusement que de bienveillants acteurs, comme vous êtes là, vous lançant, « "transformant l’expérience en conscience", dans une nouvelle aventure : contribuer à l’invention d’un marché de l’art africain", comme le pose en préambule l’auteure de l’article.

Dernière question pour le coup de grâce. Sans doute emportée par l’allant charitable de son client, Brigitte Ollier parait s’emballer  : "Pourquoi cet engouement pour l’Afrique ?" (mais quel engouement, Brigitte, qqqquel engouement ?) A part les incontournables galeries Stevenson et Goodman, plus d’Afrique sous la nef du Grand-Palais. Pourtant, André Magnin ne se démonte pas : "l’Afrique représente, selon moi, l’avenir de la photographie !". Et de tous ses saints ! Amen !

Nous sommes à terre. Nous aurions bien aimé  balancer quelques questions en suspension…mais il y en a trop, vraiment trop…
Merci à tous les deux pour ce cas d’école à enseigner à tous les communicants en herbe : une bonne relation-presse vaut mieux que toutes les pages de pub.

About these ads

Poster un commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric. Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: