Les Instantanés Décalés

3 août 2010

Arles 2010 VITRIFIE LA PHOTO

Filed under: Exposer & fêter — isabelle gourmelon @ 9:36
Tags: , ,

Arles 2010 ronronne. Nous aussi. « Du lourd et du piquant », promet l’animal de l’année (un rhino). Nous chaussons donc nos gros sabots. En vrai, la semaine professionnelle rallongée cette année à dix jours (du 3 au 13 juillet) aurait plutôt mérité le slogan « molle (vrai démarrage au bout du 5e jour, reconnaît François Hébel, directeur des Rencontres) et tiède ». Et la canicule n’y a rien changé. L’artistocratie de la photo nous dévoile son panthéon. Alors visitons !

Cette année dans la ville d’art, les 25 commissaires des 60 expositions nous invitent fermement à nous prosterner devant ses idoles.

Des idoles même un peu blettes comme Mick Jagger sous tous les angles à l’église des Trinitaires; voir franchement has been sur les photos de vacances de Jean Pigozzi (« quarante ans de clichés exclusifs au coeur de la jet-set dont il partage la vie de fêtes et de voyage », indique le plan). Plus connu pour sa collection d’art (il peine à boucler les négociations avec la mairie de Paris pour trouver un lieu où l’exposer), le photographe des dimanche bling-bling fait ainsi entrer la paparazzade dans le temple de la photo. Par la grande porte et en BMW (sponsor de son exposition), Voici nous voici !

Des idoles même plus très subversives comme Léon Ferrari, invité d’honneur  pour sa première rétrospective en France (après le MoMa de New-York, place to be !). Au Chili sous Pinochet, il fallait avoir des couilles pour crucifier Jésus sur un avion largueur de bombes (La civilizacion occidental y cristiana, 1965). mais l’anticléricalisme radical de l’ironique artiste chilien, même présenté pour la première fois dans une église – comme s’en enorgueillit le commissaire Andrès Duprat – ne choque plus grand monde. Pire, l’oeuvre devient « ludique » pour les nouveaux adorateurs du dieux Conso. En short, une glace à la main, toutes ces poupées colorées et ces plans minutieux sont « tellement mignons » (en live, le 10 août vers 16h32). Un fatra de bondieuseries transformé en culte de l’objet de série, 100% plastic; « Mémé chérie avait le même sur sa cheminée » et aussitôt la machine à nostalgie s’enclenche benoitement. On aurait aimé voir ça à Lourdes.
Des idoles même carrément égocentriques : la capitale de la photo déclare sa flamme à la photo. Pour le « piquant », c’est pas du pili-pili. Cette année pas de sexe, gueule de bois après le commissariat de Nan Goldin l’année dernière ? Un peu de sérieux voyons. Parlons technique ! Argentique, polaroïd, chambres claires, noires, photo vernaculaire …. »I am a cliché » raisonne en boucle sous la grande halle. Sous nos crânes…
Heureusement, les organisateurs ont pensé à nous divertir, pauvre public indispensable au décor. Comme Sartre et Beauvoir, le tir photographique nous offre l’expérience furtive de la photo existentielle. Bruyant et un peu con ! On a bien aimé (le résultat). Comme les lunettes stéréoscopiques pour voir des vieilles photos en 3D (exposition du musée Niépce de Chalon-sur-saône au palais de l’archevêché). Un rien nous dissipe !

Pour que le petit peuple d’Arles, baigné « d’affection« , selon Jean-Noël Jeanneney, président des Rencontres, puisse applaudir ces idoles, le magnifique théâtre antique offre ses gradins. Diaporama sous les étoiles de Claude Gassian, accompagné en direct par le pianiste Pascal Comelade. Un excellent 10 juillet avec deux ricanements : 1/ alors que le Dieu Jagger est sacralisé à Arles, Claude Gassian raconte en voix off ses difficultés à rester maître de sa photo face à l’égo démesuré du modèle qui veut bien poser mais à sa guise; apparait alors une photo de Mick dans une chambre d’hôtel sous un chapeau et derrière une table, l’air de bouder au second plan, Jagger ronge son frein. Gassian gagnant. 2/ la huée spontanée à la vue de Carla Bruni. Pour un festival assuré de la « reconnaissance au plus haut niveau de l’Etat », selon son président, qui expose pour la première fois la collection de Marin Karmitz, producteur ami de Nicolas Sarkozy, c’est pas « care ».


Bienvenu à LUMA Park. Ici, tout le monde l’appelle « Maja ». Inconnue du grand public, l’héritière du groupe pharmaceutique suisse Roche et directrice de la fondation Luma, Maja Hoffmann est, à Arles, un mécène omniprésent. Notamment pour les prix qu’elle dote chacun de 25.000 euros : celui de la Découverte est remis parmi 15 artistes sélectionnés par les membres du collège « core group » de la fondation Luma; celui de la fondation Luma (nouveauté 2010) choisi, parmi ces quinze mêmes artistes, par des photographes confirmés invités par la fondation (cette année, Fischli / Weiss). Un hommage « naturel » au regard des 100 millions d’euros annoncés en 2008 que la milliardaire a promis d’investir dans la rénovation du parc des ateliers. Sans surprise, la « Découverte 2010 »  est l’Américaine Taryn Simon pour sa série « The innocents », où des victimes de la Justice américaine posent sur les lieux de leur prétendu crime. Beau et émouvant (à lire le post de Culture visuelle). Trisha Donnely obtient le prix de la fondation Luma. Monographie à la rentrée à « Air de Paris » 32 rue Louise Weiss, dans le 13e, vernissage le 16 septembre.

Dociles, déambulons. Et méditons la petite phrase du créateur des Rencontres étonné par la prolifération des galeries dédiées à la photographie dans la région. Professionnalisation, institutionnalisation, sulfatation…Suffocation. Les Rencontres muséifient la photo, pétrifiée dans sa cité romaine.

 

Arles 2010 la grosse semaine professionnelle en petits chiffres :

– 12.500 participants, soit 8% de plus que l’an passé mais avec 2 jours de plus
– 7.000 billets payés
– 39 pays représentés
– 484 journalistes accrédités
-1.500 spectateurs par jour au théâtre antique
-10.000 personnes à la première « nuit de l’année » (balade photographique dans le vieil Arles)
-200 participants aux colloques par jour et 300 stagiaires (+15%)
-10.000 scolaires visiteurs
= « Les hôteliers sont très contents« , François Hébel, directeur des Rencontres, conférence de clôture, juillet 2010

Budget : 4,4 millions d’euros (dont 42 % publics)

Quelques photos mises à disposition par la ville d’Arles pour palper « l’ambiance » sur Flickr.

Bookshopping, les « biens culturels » acquis cette année :

Anonymous, Claude Gassian, Govinda Gallery, 2007
Sex Pistol 1977, by Dennis Morris, Destroy, Rockin’On, 1999

Snap! Chrsitian Marclay, collection Mamco/Métiers de l’exposition, Les presses du réel, 2009

Le noir attend le blanc, Mario Giacomelli, Actes Sud, 2009

A ne pas manquer : la vidéo de Christian Marclay « Guitar Drag » dans les ateliers SNCF (pour I’m Cliche) où une guitare joue traînée par un pick-up. 14 minutes de pure angoisse régénérante !
La mort et les statues, Jean Cocteau, Pierre Jahan, Les éditions de l’amateur,2008

Attention  idée d’éditeur : le livre en numérique, un reportage, des photos à télécharger pour son fond d’écran, des tirages exclusifs…C’est le package proposé par Les éditions de l’amateur, aux acheteurs du livre sur le site www.la mortetlesstatues.fr.
Pour nous (mot de passe decembre1941paris), ça n’a pas marché, dommage on aurait bien aimé voir.
+ (parce qu’on a bien aimé l’expo au musée Réattu) Libre cours, Pierre Jahan, Actes Sud, 2010
Et parce qu’on ne peut pas s’en empêcher : L’Art d’Afrique noire dans les collections d’artistes, Arles, 1991

Un commentaire »

  1. Mick Jagger n’est pas si blette ! Il court, remue la queue et hurle avec le vent. Sinon, je vous trouve un peu sévère, même si au final, vous avez raison sur le fond : Arles se doit de trouver un nouveau souffle l’année prochaine !

    Commentaire par Ben — 4 août 2010 @ 9:06 | Répondre


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :