Les Instantanés Décalés

19 août 2011

Arles 2011 LIVRE LE PUBLIC A LUI-MEME

Filed under: Exposer & fêter — isabelle gourmelon @ 5:38
Tags: , , , ,


On en a mArles !
Nous nous étions jurés d’arrêter les frais : après quatre éditions d’affilée, dont la dernière nous avait laissé interdites, nous étions lasses ! Mais, la météo clémente seulement au Sud et trois jours à perdre…Alors, en 2011, nous sommes allées entendre Arles parler d’Arles. Arles recycler, se marketter. Cette année, Arles s’officedutourisme ! Nous sommes au Disneyland de la photo. Le public joue. De sujet, il devient au gré des attractions producteur de ses propres images. Le tir photographique (qui nous a fait rire l’année dernière mais avec l’expo !); le photomaton à 2 euros;  le concours de poses avec le zébu, totem de l’année au regard carrément déprimant; même Douglas Gordon au Méjan, invité par Cy Twombly, nous propose de nous refléter à la place du visage de stars brûlées. Et clou du spectacle : l’escale de JR avec son Inside Out, projet d’art participatif : un portrait de vous à coller où vous voulez, à photographier et envoyer sur www.insideoutproject.com. Sa boîte est seule à avoir intéressé les visiteurs cette année, d’après le traditionnel microtrottoir des commerçants.
C’est comme si les artistes avaient disparu…Le public semble livré à lui-même et la photographie jetée en pâture à la médiocrité. 

« From here on ». C’est Le manifeste, La production phare de cette édition. Cinq commissaires à l’œuvre (Clément Chéroux, conservateur au cabinet de la photographie du Centre Pompidou, Joan Fontcuberta, artiste, Erik Kessels, fondateur et directeur artistique de Kessels-Kramer, Martin Parr, photographe de l’agence Magnum Photos et Joachim Schmid, artiste). Un catalogue, première tentative réussie pour la nouvelle diversification des Rencontres d’Arles vers l’édition. Une scénographie insolite. Un propos : questionner la notion d’auteur en présentant 36 artistes inconnus qui ont en commun l’appropriation d’images du Web. « Les photographes traditionnels (…) sont désormais concurrencés par cette nouvelle race de « cueilleurs », qui collectent et recyclent les images existantes. Ces artistes geek font figure de voyageurs immobiles. Ils ont le nez sur leur écran. Le monde est devenu pour eux une immense banque d’images », écrit Natacha Wolinski, dans Beaux Arts (« Les nouveaux héros de la photo », juillet 2011).

Le résultat n’est pas seulement esthétiquement calamiteux, il est aussi vide de sens. Des poules qui meurent derrière une vitre en plexiglas, des insectes collés sur des vues de vidéosurveillance (Kurt Caviezel), un mur de sexes en érection façon webcam…La palme revient sans doute à Thomas Mailaender, sorte de Mickael Vendetta de la photographie, qui se fait cuire un œuf sur un volcan en éruption…On lui dirait bien « ailleurs ! » Ces artistes, qui seraient héritiers du ready-made, ne voient pas l’art derrière chaque objet mais l’artiste derrière chaque quidam. Tout le monde. N’importe qui. Personne.
Au delà du mauvais moment passé dans l’atelier des forges dont nous nous remettons doucement, on peut s’interroger sur la portée du choix de François Hébel, directeur des Rencontres, d’ouvrir son « laboratoire » à une photographie décomplexée du copyright. Un rapide lessivage des images sur Internet, plus d’auteurs, plus de droits ! « A partir de maintenant », nous promettent les concepteurs de « From here on », « les choses seront différentes ».  Pas certains d’être vraiment pressés !
Parce que nous, bien sûr, ce qui nous a plu cette année à Arles, c’est le patrimoine. Chris Marker. La Jetée, son photo-roman de 1962 futuriste. Et lui, quand il nous parle de nous comme dans Passengers, son projet le plus récent et le seul en couleur qui aligne des photos volées du métro parisien , il nous raconte des histoires. Et nous devenons, pas frais, entassés au réveil dans des wagons puants, des modèles de grands maîtres de la peinture. Nous ne sommes pas juste ces putes du monde entier qui tapinent sous l’œil des caméras de Google Street View de Jon Rafman.
Dans une année du Mexique qui a pris l’eau, les Rencontres d’Arles se sont accrochées. Avec la valise mexicaine de Franck Capa et neuf expositions. Les super-riches kitchs de Daniela Rossel (avec un accrochage au scotch minable), les super-héros émigrés de Dulce Pinzon, et les 101 tragédies du photographe de l’horreur Enrique Metinides, ont sauvé notre lugubre ballade dans le parc des ateliers SNCF, presque vide.

.

.

.

.

.

Le meilleur pour la fin. « Supermarché » de Jean-Luc Cramatte et Jacob Nzudie. Le premier (dont le livre « Sur l’épaule de Théodore », chauffeur de taxi rwandais qui conduisait pendant qu’il faisait à la volée des photos du rétroviseur, échoue à montrer la violence des séquelles du génocide mais témoigne bien de l’impossibilité à comprendre ses contemporains d’une chaise à porteur) a sélectionné les photos du second, prises à Yaoundé et dont la finalité est d’être acquises par les consommateurs.« De leur projet naît la tentative de rendre compte d’une activité commerciale. Le supermarché de Yaoundé s’affirme comme le lieu d’une conquête sociale », annonce le programme. Ca c’est du gros français qui tâche ! Sans conteste, avec la sous-représentation chronique dont souffre la photographie africaine dans les expositions internationales (vivement ParisPhoto 2011 « de Cape-Town à Bamako »), on préfère de très loin voir celui qui a remporté le prix Découverte, Mikhael Subotzky (Goodman Gallery), qui avec Patrick Waterhouse, photographie Ponte City, une tour symbole du déclin du centre ville de Johannesbourg. Juré-craché. L’année prochaine, cap sur Madrid.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :