Les Instantanés Décalés

14 mars 2013

RÉSONANCE : Dernières Séances By Cécile Burban

Filed under: Exposer & fêter — isabelle gourmelon @ 10:48
Tags: , , , , ,

Dernières séances Cécile Burban«Au Mali, le cinéma a toujours eu un rôle très important. À travers un cinéma engagé, ses cinéastes décomplexaient la parole du peuple, abordant, comme dans la tradition orale, les thèmes centraux de la famille, les tabous, la terre, la transmission, la religion, la solidarité mais aussi, la politique. Cette place privilégiée dans le cœur des Maliens se manifeste par les nombreuses salles de cinéma. Mais l’état de ces salles est à l’image de la politique globale du pays: délaissé, sacrifié.
Un fragile et silencieux combat perdure pourtant. Pour maintenir cette tradition de cinéma de quartier, chère à une communauté qui a toujours entretenu le principe de la mémoire collective, on rencontre parfois un projectionniste, faisant tourner sa salle, au rythme aléatoire de copies de films disponibles.
Après une rencontre marquante avec le cinéaste malien Souleymane Cissé et un reportage sur le cinéma itinérant, la photographe Cécile Burban a voulu comprendre pourquoi aujourd’hui, en Afrique, la rencontre entre films et spectateurs ne se faisait quasiment plus exclusivement que par le biais de salles éphémères.
Le projet Dernières séances est un travail au long cours, qui va continuer de s’étoffer au fil des rencontres avec cinéastes et autres amoureux du cinéma, afin de recueillir leur témoignage, leur histoire, et bien sûr donner à voir les nombreuses salles africaines abandonnées, vestiges d’une culture entre parenthèse,en attente de réhabilitation. »
A la Galerie Focale, du 17 mars au 28 avril 2013 (cette exposition est organisée en résonance avec Visions du Réel, festival international de cinéma, du 19 au 26 avril 2013)

Par une drôle de résonance, magnétique, la mort des salles obscures nous touche.
Voici quelques années, nous aussi étions restés oscillants devant les «  cinéglises » camerounaises. Riches, les chapelles évangélistes avaient « réquisitionné » presque toutes les salles obscures de Douala.
Le cinéma, comme martyr sacrifié sur l’autel de l’intégrisme, comme preuve explicite de la mort de la culture terrassée par l’obscurantisme.
Désormais, plus question d’acheter son billet le nez au vent. Ils nous ont tous claqué la porte au nez. Avec le photographe Matthieu Prier, nous attendions dans un maquis de Bonamouti la messe du dimanche matin. Devant nous et deux bières Beaufort Light, des jeunes femmes aussi patientaient. Dans leurs sacs à main à paillettes, qu’elles serraient fermement contre leurs poitrines, les quelques billets de 10.000 francs CFA gagnés cette nuit-là dans les boîtes du quartier. Ils rejoindront directement les poches du pasteur parce que « plus tu donnes, plus Dieu te donne », nous expliquent-elles. « Et on peut dire que nous en avons sacrément besoin. C’est la seule solution qu’il nous reste ».
Elles n’étaient jamais allé au cinéma.

Douala © Matthieu Prier

Douala © Matthieu Prier

Douala © Matthieu Prier

Douala © Matthieu Prier

Douala © Matthieu Prier

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :